SAIDABIÎDA Forum
Salut cher ami(e). Nous sommes heureux de vous accueillir parmi nous au sein de notre grande famille de Saidabiida. Pour cela, nous vous invitons à vous inscrire tout en postant un premier message de présentation de votre personne, sur la rubrique "présentation" en donnant par ex : votre lien avec Saida et comment vous avez découvert le forum. Votre compte ne sera activé qu'après votre premier message de présentation. Merci et bienvenue parmi vos siens.

Rejoignez le forum, c’est rapide et facile

SAIDABIÎDA Forum
Salut cher ami(e). Nous sommes heureux de vous accueillir parmi nous au sein de notre grande famille de Saidabiida. Pour cela, nous vous invitons à vous inscrire tout en postant un premier message de présentation de votre personne, sur la rubrique "présentation" en donnant par ex : votre lien avec Saida et comment vous avez découvert le forum. Votre compte ne sera activé qu'après votre premier message de présentation. Merci et bienvenue parmi vos siens.
SAIDABIÎDA Forum
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.
Le Deal du moment : -20%
Bon plan rentrée : PC portable Asus à ...
Voir le deal
319 €

Ech-choucha w'el herz...

Aller en bas

Ech-choucha w'el herz... Empty Ech-choucha w'el herz...

Message par mancer ahsene Ven 9 Avr 2021 - 10:49

Je ne sais si c'est l'âge ou quelque chose d'autre que je n'arrive pas à définir,mais il m'arrive,et très souvent même,de revenir sur des histoires que ma douce mère,paix à sa grande âme,nous racontait.Il n'y avait pas cette télé,encore moins internet,mais les soirées étaient belles.Il n'y avait pas le gaz de ville,et encore moins,les climatiseurs,mais ces soirées étaient chaudes en hiver,et fraîches en été.Du bois et un peu plus tard,du charbon,dans un majmar,faisaient l'affaire.
Père,je reprenais ces mêmes histoires à mes enfants.Grand'père,ce sont mes petits-enfants qui viennent me solliciter pour "une autre papy".
Les enfants et les petits-enfants sont nombreux,les contes de ma mère ne suffisaient pas,il me fallait en inventer.
Ce matin,je me promenais sur mon ordi et j'ai été voir du côté de "Babzman":
"Ech-choucha w'el herz".La mèche de cheveux et le talisman.
Comme d'habitude,je rappelle à mes amis d'un certain âge le temps passé."La mèche de cheveux"me renvoie à mes 17/18 ans.Comme c'est loin!Elle me rappelle cette belle chanson d'Adamo:"...une mèche de cheveux qu'elle m'avait donnée,une mèche de cheveux qu'un jour j'ai caressée..."
"Ech-choucha w'el herz":
"La chance est-elle innée ? Est-elle réservée à quelques personnes bien nées ? Mais comment faire quand on en maque cruellement ?
Deux femmes vivaient sous le même toit. L’une s’appelait Meriem et l’autre Batoul. Autant l’une était laide autant l’autre était belle. Autant l’une était riche autant l’autre était pauvre. Autant l’une était aimée et choyée autant l’autre passait inaperçue. Pour tout dire Meriem était mariée à un riche négociant qui l’aimait passionnément, Batoul était à son service.
Meriem quittait rarement son lit. Elle souffrait d’un mal inconnu qui la rongeait depuis quelque temps déjà. Son mari très attentionné fit venir à son chevet, tous les médecins d’Orient et d’Occident. Mais Meriem dépérissait chaque jour.
Batoul, elle, était forte et vigoureuse. Elle s’acquittait parfaitement de toutes les tâches de la maison et prenait soin de sa maîtresse avec un dévouement total, mêlé de reconnaissance car Meriem l’avait accueillie quand  elle s’était retrouvée seule et sans protection.
Un jour sentant sa mort prochaine, Meriem demanda à Batoul de lui apporter son coffret. Batoul s’exécuta et Meriem ouvrit délicatement la boîte pour en retirer, au grand étonnement de sa servante, des ciseaux avec lesquels elle coupa une mèche de sa frange.
-"Tiens, dit-elle à Batoul, en lui tendant la mèche, garde-là  près de ton corps. Promets-moi de ne jamais quitter cette maison."
-"Je te le promets, Lalla", répondit Batoul.
Une fois seule, Batoul examina l’étrange cadeau que lui fit Meriem. Elle n’eut pas le temps  d’en savoir plus sur cet acte car Meriem rendit l’âme aussitôt après. Cette disparition plongea la maison dans un grand deuil. Batoul comme promis, continua de servir son maître  et de s’occuper de la riche demeure dont elle connaissait le moindre recoin.
Un an, puis deux, puis trois, passèrent sans que le maître des lieux ne retrouvât le sourire. La disparition de Meriem l’avait affecté au point où son état inquiéta ses amis qui entreprirent  de l’aider en lui proposant en mariage, les filles des plus honorables familles de la ville.
Sans répondre à toutes ces propositions, il continuait de mener une vie austère et sans surprise. Il entrait et sortait de chez lui, sans jamais remarquer la présence de Batoul, pourtant si belle et si dévouée. Son indifférence exaspéra la jeune fille.
Le comble est qu’il se remarie avec une autre, se dit-elle. Que ferais-je alors de la promesse que j’ai faite à la pauvre Meriem, si la nouvelle épousait me chassait ?
En disant cela, Batoul se rappela les conseils de sa protectrice et pensa à la mèche de cheveux qu’elle avait cachée de peur de la perdre. Elle alla la chercher pour la mettre tout près de son corps sans connaître vraiment l’effet que ce geste  allait produire.
Ce jour-là, en entrant chez lui, le maître des lieux, si triste, si indifférent d’habitude, regarda la jeune fille avec ravissement, comme s’il la découvrait pour la première fois.
–"Où étais-tu lui demanda-t-il ? Pourquoi m’as-tu laissé seul ?"
–"Je suis là,je n’ai jamais quitté la maison",répondit Batoul.
–"Je ne te voyais pas. Pourquoi te cachais-tu alors ?"
Batoul, ne crut pas ses oreilles car pour la première fois, le maître la voyait vraiment. Elle fut plus surprise encore lorsqu’en lui servant à manger, il l’invita à partager son repas.
Au moment où Batoul servit le thé, l’homme qui la regardait intensément, lui déclara son intention :
–"Batoul, c’est ainsi que tu t’appelles, n’est-ce pas ?"
–"Oui sidi",répondit Batoul timidement.
–"Veux-tu être mon épouse selon la tradition de Dieu et de son prophète?"
-"Je le veux, Sidi !"
Et comprenant enfin, le miracle de la mèche de cheveux, elle poursuivit :
–"j’aimerai Sidi, que tu m’appelles Meriem à partir de cet instant".
–"Cela me fera plaisir aussi et toi tu dois cesser de m’appeler Sidi".
Sans faste ni fanfare, Batoul devint Meriem, la femme du riche négociant qui retrouva le sourire depuis. Batoul-Meriem connaissait le secret de sa transformation et s’en accommodait  parfaitement. Elle fit de la mèche de cheveux un talisman qui ne la quittait jamais et n’oubliait jamais sa bienfaitrice dans ses prières. De beaux enfants vinrent compléter le bonheur de ce couple à trois : un homme, une femme et une mèche de cheveux
mancer ahsene
mancer ahsene
membre super actif
membre super actif

Masculin
Localisation : saida
Nombre de messages : 2664
Date d'inscription : 01/10/2010

baghdadi laaredj aime ce message

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum