SAIDABIÎDA Forum
Salut cher ami(e). Nous sommes heureux de vous accueillir parmi nous au sein de notre grande famille de Saidabiida. Pour cela, nous vous invitons à vous inscrire tout en postant un premier message de présentation de votre personne, sur la rubrique "présentation" en donnant par ex : votre lien avec Saida et comment vous avez découvert le forum. Votre compte ne sera activé qu'après votre premier message de présentation. Merci et bienvenue parmi vos siens.

Rejoignez le forum, c’est rapide et facile

SAIDABIÎDA Forum
Salut cher ami(e). Nous sommes heureux de vous accueillir parmi nous au sein de notre grande famille de Saidabiida. Pour cela, nous vous invitons à vous inscrire tout en postant un premier message de présentation de votre personne, sur la rubrique "présentation" en donnant par ex : votre lien avec Saida et comment vous avez découvert le forum. Votre compte ne sera activé qu'après votre premier message de présentation. Merci et bienvenue parmi vos siens.
SAIDABIÎDA Forum
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.
Le Deal du moment :
iPhone 13 Pro : où précommander le ...
Voir le deal

le système algérien: entre manipulation et répression (3)

Aller en bas

le système algérien: entre manipulation et répression (3) Empty le système algérien: entre manipulation et répression (3)

Message par Aouad Djillali Mer 12 Juin 2013 - 7:17

Les dernières enquêtes du DRS publiées par les journaux révèlent des choses plus graves encore : des cadres très bien payés, très bien considérés et bénéficiant de privilèges illimités, détournent des sommes faramineuses entre corruption et pots-de-vin, au mépris d’un peuple dont une partie importante se nourrit de mendicité et des déchets des poubelles. Certains osent même comparer ces cadres auxquels le pays a confié la gestion de ses richesses, à la minorité de colons qui s’étaient enrichis en exploitant et déshéritant les autochtones ; avec cette réserve que les colons au moins, avaient utilisé aussi leurs moyens et leur savoir-faire pour créer de la richesse et développer le pays.
Pour certains observateurs, les notions de travail, d’effort, de mérite et d’éthique n’ont plus aucun sens dans notre pays ; un vrai désastre pour un peuple qui prétend donner des leçons aux autres.

Le problème qui se pose actuellement, ce n’est plus l’état des lieux de notre pays mais les solutions à apporter à ces phénomènes qui le gangrènent. Le débat est vaste, certes et demande beaucoup de temps et beaucoup de bonne volonté ; beaucoup de rationalité, surtout. Après 1988, le sacrifice d’un millier de jeunes nous a donné une chance que nous n’avions pas su exploiter. Nous avons au contraire, prouvé au monde entier qu’il n’y avait pas de consensus sur les composantes de notre identité nationale. Tout est à revoir, donc. Nous étions au bord du chaos et l’armée a employé des moyens appropriés pour préserver l’intégrité et l’unité du pays. Les mêmes causes produisent les mêmes effets : en 1958, De Gaulle a pris le pouvoir après un coup d’Etat militaire et il en a été chassé 11 ans après par des moyens démocratiques qu’il a lui-même instaurés et veillé à leur consolidation. Un siècle avant lui, après la révolution de 1848, Napoléon (élu président de la république) s’était autoproclamé empereur. C’est sous son règne que les meilleures lois ont été décrétées ; à tel point qu’il a été qualifié de despote éclairé et forcé l’admiration de célèbres dirigeants comme Mohamed Ali (vice-roi d’Egypte).
En attendant, on pourrait toujours commencer par passer en revue les quelques propositions essentielles avancées ces derniers temps (à l’approche des élections de 2014) par des partis, des associations ou des personnalités indépendantes comme Benbitour et Ghazali.

Commençons par la révision de la constitution que certains considèrent comme une priorité. Il est inutile de rappeler que le problème ne se situe pas au niveau des textes mais de leur application ; feu M’hamed yazid a dit une fois qu’en matière de textes, nous avons de quoi faire rougir les démocraties les plus avancées. En Syrie par exemple, la constitution a été modifiée en quelques heures pour donner un semblant de légitimité à l’élection de Bachar El Assad à la tête de l’Etat à la place de son père ; la nôtre n’a pas empêché Bouteflika de briguer un troisième mandat.
Dans un régime stalinien, les citoyens d’un pays ne sont pas tous égaux devant la loi (des millions de têtes pensantes ont été envoyées au Goulag pour de simples questions de dissonance). Un affamé et un maladroit peuvent facilement se retrouver en prison pour un petit larcin ou une infraction au code de la route alors que ceux qui sabotent le pays et dilapident ses richesses se promènent en toute liberté à l’étranger avec des passeports diplomatiques et des comptes bancaires bien garnis; l’association des familles des disparus par exemple, n’a pas encore trouvé de réponses à ses revendications (très légitimes, pourtant).

à suivre

Aouad Djillali
membre super actif
membre super actif

Masculin
Localisation : saida
Nombre de messages : 201
Date d'inscription : 17/09/2008

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum